Domaines de la page

Contenu

Éducation

Combien un enfant doit-il recevoir d’argent de poche? Combien de temps lui autoriser pour les jeux vidéo et la télévision? Que signifie pour lui de grandir dans un pays étranger? Vous trouverez toutes ces informations et beaucoup d'autres encore dans la rubrique «Éducation»!

1.

Quelles sont les bases de l’éducation de mon enfant ?

Où qu'ils soient dans le monde, les enfants ont les mêmes besoins: il leur faut de la présence et des contacts corporels, un abri et de l'attention, des échanges verbaux et un environnement stimulant, de la sécurité et un guide, de la reconnaissance en tant qu'individu à part entière, dans toute leur singularité, et de la confiance en leurs capacités.

Autrefois, l'éducation avait plutôt pour objectif d'insérer les enfants dans la société. Ils devaient apprendre à obéir. Aujourd'hui on met plutôt l'accent sur le fait que les enfants développent leurs atouts individuels. Il est du ressort des parents de garantir de bonnes conditions et un cadre à l'enfant pour qu'il puisse s'épanouir.

2.

Comment puis-je aider mon enfant à développer ses atouts personnels ?

Les enfants ont besoin d'avoir à leurs côtés des adultes qui prennent du temps pour leur parler et les écouter. Les enfants ont besoin d'adultes qui leur donnent envie de découvrir des choses nouvelles. Ils ont besoin d'adultes qui les motivent lorsqu'ils rencontrent une difficulté qui nécessite de la persévérance. Les enfants ont également besoin de modèles qui leur montrent comment gérer les conflits et se réconcilier.

Il est du devoir des parents de protéger les enfants des dangers qu'ils ne peuvent encore estimer eux-mêmes. Ils doivent donc fixer des limites et définir des règles claires. Mais il est également important que les enfants apprennent à décider par eux-mêmes. Ils doivent se forger leur propre avis et apprendre à dire clairement «oui» ou «non».

Prenez les impressions et réflexions de votre enfant au sérieux dès son plus jeune âge. Donnez-lui envie de s'exprimer. Donnez-lui des espaces de liberté où il peut décider par lui-même. C'est ainsi que l'enfant prendra confiance en lui et affirmera ses atouts personnels.

formation-des-parents.ch : page d'information sur l'éducation parentale. Ce site offre la possibilité de rechercher des cours d'éducation parentale dans votre région


«Le lien fait la force» (brochure en 15 langues)

3.

Mon enfant grandit dans un autre pays que le mien. Quelles conséquences cela a-t-il pour son développement ?

Même si l'éducation est la même dans de nombreux domaines, quel que soit l'endroit où l'enfant grandit, une partie de celle-ci dépend des particularités sociales et des valeurs culturelles ou religieuses. Les enfants de migrantes et de migrants doivent trouver leurs marques dans deux univers quotidiens simultanément : l'univers des parents et celui de la Suisse. Les langues, les systèmes de valeurs et les règles de vie sociale diffèrent, ce qui peut générer des conflits : quel est l'univers qui me convient ? Les enfants sont tiraillés entre les deux. Mais ils doivent apprendre à naviguer dans ces deux mondes. Ce n'est pas toujours facile.
Les parents et l'école par exemple peuvent apporter un soutien utile. Ils peuvent aider l'enfant à trouver un équilibre entre les valeurs de la Suisse et les valeurs familiales. Il est ainsi important que les parents reconnaissent et acceptent les particularités suisses. Mais cela implique aussi que l'école apprenne à connaître et à accepter l'univers des parents immigrés.

4.

Où puis-je m'informer sur les questions d'éducation ?

Le «Message aux parents de Pro Juventute» fournit des explications simples accompagnées de nombreux conseils. Entre la naissance et le 6ème anniversaire de votre enfant, vous recevez régulièrement des informations en rapport à son âge et les phases de développement qu'il traverse. De nombreuses communes soutiennent cette initiative et envoient ces lettres d'information aux parents. Mais vous pouvez aussi directement vous abonner auprès de Pro Juventute.

Pour les parents de langue étrangère, Pro Juventute publie la brochure «Notre enfant» en albanais, serbo-croate-bosniaque, anglais, portugais, espagnol, tamoul et turc. Ces brochures couvrent également la période entre la naissance et le 6ème anniversaire, avec une brochure par an.

Il existe différents cours et différentes formations proposés sur les thèmes d'éducation, à destination par exemple des couples récemment devenus parents, des parents qui élèvent seuls leur enfant, des parents parlant une langue étrangère ou des parents d'adolescents. L'éducation parentale contribue à confirmer les parents dans leur rôle, à étendre leurs connaissances en matière d'éducation et à favoriser les relations avec l'enfant.

Vous élevez peut-être votre enfant seul et vous vous posez des questions concrètes. Ou bien vous n'avez que peu de temps libre. Une consultation téléphonique directe – parfois dans votre propre langue – peut s'avérer utile. Il existe aussi sur Internet des forums en ligne qui s'adressent aux parents. Vous y trouverez de nombreuses réponses détaillées à vos questions. Des publications familiales fournissent par ailleurs des services pour la plupart bien structurés sur Internet, proposant beaucoup d'informations importantes.

Les Messages aux parents: Soutien compétent aux parents dans l’éducation au quotidien

Vous pouvez commander «les Messages aux Parents » et la brochure «Notre enfant»

formation-des-parents.ch : page d'information sur l'éducation parentale. Ce site offre la possibilité de rechercher des cours d'éducation parentale dans votre région

«Le lien fait la force» (brochure en 15 langues)

lafamily.ch : le centre global d’informations pour les familles propose des informations pour des familles dans tous les cantons romands

familles-ge.ch : le site de la Commission cantonale de la famille de Genève offre des informations utiles sur toutes les étapes de vie des enfants et leur éducation

5.

Comment puis-je punir mon enfant quand il ne m'obéit pas ?

Il arrive dans toutes les familles que les enfants n'obéissent pas en certaines occasions. Il est bon que vous réagissiez sans attendre. Ne discutez pas trop longtemps avec votre enfant. Asséner clairement un «Je ne veux pas que tu fasses ça ! Tu as compris?» est plus efficace. Établissez un contact visuel, voire un contact physique si l'enfant est jeune, en le tenant doucement par les épaules par exemple.

Vous avez aussi le droit d'élever la voix et de montrer votre colère. Rappelez-lui les accords passés et les règles établies. Précisez quelles seront les conséquences si les règles ne sont pas respectées: les enfants pourront par exemple être interdits de télé pendant quelques jours et les adolescents privés de sortie le samedi suivant.

Bien sûr l'enfant s'énervera de ces conséquences. Ne vous sentez pas sous pression pour autant. Gardez en tête que des règles claires aident à bien se conduire et à s'orienter. Votre enfant sera toujours confronté à des règles en d'autres lieux, par exemple à l'école, dans la circulation routière, dans le monde professionnel ou dans les loisirs.

6.

Ai-je le droit de frapper mon enfant ?

L'usage de la violence sur des enfants est interdit en Suisse. Les coups n'ont de toute façon que des effets négatifs: la relation à l'enfant s'en trouve durablement perturbée. Ils éveillent une défiance et un sentiment d'impuissance. Les coups portent atteinte à la conscience de sa propre valeur et affaiblissent la confiance en soi. L'enfant peut penser que l'usage de la violence constitue une solution aux conflits et peut commencer à taper les autres enfants. Les enfants battus ont souvent un comportement difficile. Ils ont, plus souvent que les autres, des problèmes physiques ou psychiques ou bien des difficultés scolaires.

Frapper n'a donc aucun sens. Il peut arriver qu'une mère ou un père, dans un moment de stress particulier, «lève la main». Ce qui importe c'est alors la réaction qui suit le geste. Les parents peuvent s'excuser. Ils peuvent choisir un moment de calme pour discuter avec l'enfant de ce qui a conduit à cette escalade et réfléchir avec lui à ce qui serait une meilleure réaction pour une prochaine fois.

7.

Où puis-je trouver du soutien si j'ai des problèmes avec mon enfant ?

Il existe en Suisse une vaste palette de services qui offrent un soutien aux parents, aux familles et aux enfants. Les consultations sont gratuites dans la majorité des cas.

Il existe dans la plupart des communes des Conseils aux parents. Vous y trouverez des spécialistes des questions de développement du nourrisson et du jeune enfant. «Quelle est l'alimentation idéale pour mon enfant? Pourquoi mon enfant pleure-t-il autant? Notre enfant se développe-t-il comme il le doit pour son âge?» Les Conseils aux parents sont là pour répondre à ces questions et à bien d'autres.

Les assistantes sociales scolaires et les services de psychologie scolaire sont compétents pour les écoles, les enfants scolarisés, les adolescents et leurs familles. Ils conseillent en cas de difficulté d'apprentissage, de troubles du comportement ou de questions sur le parcours scolaire et recommandent des mesures de soutien.

Les communes de grande taille disposent aussi de bureaux-conseils pour la famille et l'éducation. En cas de besoin, il est possible de faire appel à des traducteurs interculturels ou des médiateurs culturels. Il existe aussi des organismes spécialisés qui s'adressent aux migrantes et aux migrants dans leur langue d'origine.

Les services de pédopsychiatrie proposent des conseils et des traitements utiles en cas de problème psychique et physique.

L'accompagnement socio-pédagogique des familles offre la possibilité à un expert d'aller conseiller une famille à son domicile.

8.

Combien d'argent de poche puis-je donner à mon enfant ?

Dans un monde inondé de possibilités de consommation, les enfants doivent apprendre à gérer eux-mêmes leur argent. Le fait de fixer un montant bien défini d'argent de poche, qui augmente avec l'âge, les aide en ce sens. Au début il est possible que l'enfant dépense toute la somme dès le premier jour. Mais avec le temps il apprendra à répartir ses dépenses sur une semaine ou un mois et décidera de ce qui est vraiment important pour lui.

Règle de base entre la 1ère et la 4ème année d'école: 1 franc d'argent de poche par semaine et par année. C'est-à-dire 1 franc d'argent de poche par semaine la première année, et 4 francs par semaine la quatrième année.

Règle de base à partir de la 5ème année d'école : passage à une somme mensuelle d'argent de poche, comprise entre 30 et 80 francs. Il faut déterminer en même temps le type de dépenses que l'enfant doit prendre en charge : par exemple le ticket de cinéma avec les copines et copains, le forfait de téléphone portable ou une part des chaussures de sport coûteuses qu'elle ou il veut absolument avoir. C'est ainsi que votre enfant apprendra à se responsabiliser petit à petit vis-à-vis de l'argent.

Budget-conseil : fiche pratique en matière d'argent de poche et conseils sur le sujet

9.

Mon enfant aime regarder la télévision ou jouer à des jeux sur l'ordinateur. Cela lui nuit-il ?

Regarder souvent la télévision ou jouer fréquemment sur l'ordinateur peut entraîner des problèmes de concentration. Les performances scolaires peuvent également en être affectées. Dans certains cas, les enfants ne savent plus jouer avec des enfants du même âge ou ne savent plus comment occuper leur temps libre. Ils doivent parfois passer par une phase d'ennui. Cela peut constituer une expérience intéressante, source de créativité. En bref : Les enfants grands consommateurs de media peuvent devenir passifs et manquer de nombreuses occasions saines pour leur développement.

La télévision et les jeux sur ordinateur ne sont toutefois pas uniquement nocifs. Il existe des émissions de télé passionnantes et enrichissantes et certains jeux sur ordinateur stimulent l'habileté et la réflexion. Il est important que vous établissiez des règles claires pour que votre enfant sache quand et combien de temps il peut regarder la télé ou jouer sur l'ordinateur.

"La formation des parents Suisse" donnent les repères suivants en matière de consommation de media par les enfants:

  • Entre la 1ère et la 3ème classe: environ 30 minutes par jour
  • Entre la 4ème et la 6ème classe: environ 1 heure par jour
  • Niveau supérieur: environ 2 heures par jour

Qu'il s'agisse de télévision ou d'ordinateur, le principe reste le même: les parents doivent savoir ce que leur enfant regarde ou à quoi il joue. C'est le seul moyen de vérifier que les émissions ou les jeux sont adaptés à l'âge de l'enfant.

« Les jeunes enfants ont-ils besoin des écrans ? » (brochure en 16 langues)

Jeunes et médias : portail d’information consacré à la promotion des compétences médiatiques

siea.ch : Swiss Interactive Entertainment Association : Informations quant aux jeux électroniques et vidéo pour parents, le milieu politique et des associations

« Conseils pour une utilisation correcte des jeux » (brochure)

10.

Je ne veux pas que mon enfant, quand il sera devenu grand, consomme de l'alcool ou des drogues avec d'autres jeunes. Que puis-je faire pour éviter ça ?

Tous les jeunes se retrouvent un jour dans une situation dans laquelle on leur propose de l'alcool ou des drogues. Il est donc important qu'ils puissent faire la part des choses et dire non. La meilleure protection pour votre enfant repose sur le fait qu'il acquière volonté, confiance en lui-même et sens des responsabilités.

Aborder les dangers des drogues avec un jeune enfant ne sert à rien. Cela peut même au contraire éveiller sa curiosité. Quand l'enfant grandit en revanche, il vaut la peine de parler avec lui des effets néfastes du tabac, de l'alcool et des drogues. Des informations concrètes valent plus que des menaces ou des sermons.

Addiction Suisse : le site web d'Addiction Info Suisse vous livre d'autres informations ainsi qu'un numéro pour des consultations téléphoniques

DEPART : propose un soutien spécifique pour les problèmes de consommation de substances chez les adolescents