Domaines de la page

Contenu

Intégration

Où les adultes et les enfants peuvent-ils apprendre le français? Comment trouver d’autres cours sur l’intégration? Comment se défendre contre la discrimination? Vous trouverez toutes ces informations et beaucoup d'autres encore dans la rubrique sur l’intégration!

1.

Qu'entend-on par intégration ?

L'intégration poursuit un objectif prioritaire : permettre aux migrantes et migrants de s'intégrer dans la société suisse, c’est-à-dire de faire en sorte qu’ils arrivent à se sentir à l'aise et trouvent leurs marques au quotidien. Le fait d'avoir un travail et de participer activement à la vie sociale sont des facteurs qui y contribuent.
L'objectif de l'intégration est que la population autochtone et la population étrangère parviennent à bien vivre ensemble. Cette cohabitation repose sur les valeurs fondamentales de la Constitution fédérale, sur le respect et la tolérance mutuels.
L'intégration est un processus continu, sans cesse en évolution parce que notre société est elle-même perpétuellement en mouvement. Elle ne peut réussir que si tous les acteurs - migrantes, migrants, Suissesses, Suisses et institutions - y mettent du leur.

Secrétariat d’Etat aux migrations SEM : foire aux questions sur le thème de l’intégration

Commission fédérale pour les questions de migration : Définition de la notion « intégration »

2.

Qu'est-ce qu'une convention d'intégration ?

La Loi fédérale sur les étrangers accorde une attention particulière à l'intégration des étrangères et des étrangers. Elle fixe par exemple que l'octroi d'une autorisation de séjour ou de séjour de courte durée peut être lié au respect de certaines conditions, par exemple le fait de suivre des cours de langue et d'intégration. Ces obligations concrètes sont définies dans ce qu'on appelle une convention d'intégration, passée avec la migrante ou le migrant. Les cantons sont libres de décider s'ils veulent passer des conventions d'intégration ou non. Certains ont déjà entamé la démarche.
Ces conventions concernent avant tout les personnes provenant d'Etats en dehors de l'Union Européenne ou extérieurs à l'Association Européenne de Libre Échange et qui n'ont pas encore d'autorisation d'établissement (permis C). Mais des migrantes et migrants déjà installés peuvent aussi être concernés. C'est le cas par exemple lorsqu'ils risquent de perdre leur droit de séjour en raison de leur comportement ou d'autres circonstances.

Convention d'intégration: texte de l'ordonnance correspondante.

3.

Quelles offres de cours de français existe-t-il ?

La maitrise du français est importante pour une bonne intégration. Elle permet la communication et l’expression des besoins. Vous allez apprendre l’essentiel de la langue par vos contacts avec les autres : au travail, dans la rue, dans le quartier… Toutes les occasions sont bonnes pour entamer une conversation et obliger à l’usage du français.
Afin de maîtriser l’écrit et la grammaire, il vous est conseillé de suivre également des cours de français. Il existe des offres spécifiques pour les personnes migrantes. Il existe également des cours privés, dispensés dans des écoles. Renseignez-vous sur les cours proposés et leurs tarifs. Vous pouvez par ailleurs améliorer vos connaissances en discutant avec d'autres personnes, en lisant les journaux, des textes sur internet ou des livres en français, en écoutant la radio en ou regardant la télé.

4.

Quelles offres de cours de langue existe-t-il pour mes enfants ?

Dans de nombreux cantons et de nombreuses communes, il existe une classe d'intégration pour les enfants qui arrivent en Suisse en cours d'année scolaire. Ils bénéficient dans cette classe de cours de français intensif pendant la moitié de l'année, voire une année entière, pour les aider à s'intégrer scolairement.

Les enfants qui ont encore du mal avec le français peuvent suivre un cours de français langue étrangère (FLE) ou de français langue seconde (FLS). Ces cours supplémentaires sont gratuits. Les enfants fréquentent généralement ces cours pendant un à deux ans.

L'inscription au cours de langue et de culture du pays d'origine (LCO) se fait sur la base du volontariat mais est conseillée. Les enfants peuvent y développer leur connaissance de la langue et de la culture de leur pays d'origine. Ce sont les associations de parents ou les ambassades qui les organisent. Les notes obtenues par les enfants dans ces cours sont prises en compte dans le bulletin scolaire dans de nombreux cantons. Mieux un enfant maitrise sa langue maternelle, plus il a de facilité à apprendre le français.

5.

Quelles autres offres d'intégration existe-t-il ?

De nombreuses communes organisent chaque année une fête de bienvenue pour tous les nouveaux arrivants. Vous recevrez une invitation personnelle à cette manifestation. Les représentants des autorités vous présentent la commune et ses installations. Un tour de la localité permet aussi d'en découvrir les curiosités. C'est une bonne occasion de nouer de nouveaux contacts.

De nombreuses communes proposent aussi des cours d'intégration. Vous y apprendrez comment est organisé le système scolaire, quelles règles il faut respecter pour une bonne entente avec ses voisins et quelles coutumes existent en Suisse. Les cours d'instruction civique sont l'occasion pour les migrantes et les migrants de savoir comment l'État suisse est organisé et comment fonctionne la vie politique. Ces cours sont avant tout élaborés pour les étrangers qui souhaitent acquérir la nationalité suisse. Mais les autres migrantes et migrants peuvent y assister.

Des bureaux d'aide et des organismes privés ainsi que des syndicats proposent des aides spéciales à l'intégration. Renseignez-vous dans votre commune ou auprès des organismes et profitez de ces services.

6.

Comment puis-je participer à la vie culturelle et sociale ?

Pour bien s'intégrer et se sentir à l'aise en Suisse, il est important de participer à la vie culturelle et sociale. La plupart des communes propose de nombreuses manifestations culturelles - parmi lesquelles des festivals et fêtes locales, mais aussi des pièces de théâtre, des expositions ou des concerts. Les fêtes locales et les expositions sont souvent gratuites et faciles d'accès.

La Suisse est par ailleurs le pays des associations. Les habitants sont nombreux à s'engager dans une association pour pratiquer leur loisir favori. Il en existe dans les domaines les plus variés: musique, sports, culture, nature et bien d'autres. Il faut généralement payer une cotisation annuelle pour devenir membre et profiter des services proposés.

Assister à des manifestations culturelles ou s'engager dans une association est un bon moyen d'apprendre à connaître des gens et d'en apprendre aussi sur la société suisse et le pays. Vous pouvez ainsi améliorer vos connaissances linguistiques, développer votre réseau de relations et mieux vous enraciner dans la commune. La rubrique Politique vous renseignera sur les façons de participer à la vie politique en tant que migrante ou migrant.

loisirs.ch: site avec de nombreuses informations sur les activités de loisirs dans toute la Suisse romande

7.

Que dois-je savoir sur l'autorisation de séjour ?

Quiconque travaille pendant son séjour en Suisse ou souhaite rester plus de trois mois doit posséder une autorisation de séjour. Elle est délivrée par les offices cantonaux des migrations. Il existe des autorisations de courte durée, inférieure à un an, des autorisations de séjour à durée limitée et des autorisations d'établissement, sans limite de temps. Pour les migrants provenant de pays de l'Union Européenne ou de l'Association Européenne de Libre Échange, les autorisations de séjour ne sont pas les mêmes que pour les ressortissants des autres pays.

8.

En cas de discrimination, comment puis-je me défendre ?

Il existe en Suisse, il une législation contre les actes de discrimination. Il est interdit d'attaquer ou de discriminer publiquement des individus pour leur appartenance raciale, ethnique ou religieuse, d'une façon portant atteinte à la dignité humaine. Le refus d’un service public est également interdit. En droit pénal, une discrimination raciale est un délit officiel si l'acte a lieu en public.
Le mieux pour une victime de discrimination raciale est de se tourner vers une antenne et un centre de conseil où un consultant la guidera. Vous trouverez aussi des informations sur le sujet dans le rapport sur la discrimination raciale en Suisse (2014) ou le Guide juridique «Discrimination raciale». Ils sont édités par le service de lutte contre le racisme et est disponible gratuitement sur internet.